Se pardonner : le pardon envers soi-même

Se pardonner, à soi-même : l’auto-pardon est tout aussi important que le pardon destiné à autrui.
Le pardon à soi permet de cesser d’alimenter l’auto-dénigrement (qui peut être latent et constant) sur fond de jugement de « ce que vous auriez dû faire » ou ce qui aurait été « bien » (pour qui ? d’après la vision de qui ? Reposez-vous la question… )
Se pardonner permet de s’accepter avec compassion et bienveillance.
Et surtout, se pardonner permet d’arrêter de cultiver en soi la culpabilité.

La culpabilité est une auto-punition puissante.
Qui nous inhibe. Éteint notre énergie. Nous sabote. Nous fait douter de nous, nos choix, notre confiance en nous.

Stop aux regrets, à la honte, aux remords : il est temps de nous accepter tels que nous sommes.
Humains, tout simplement.
Donc faillibles.

Nos « erreurs » font partie de nos expériences.
Nous sommes parfois plus empreints de compassion à l’égard d’autrui, pour ses failles, qu’à notre égard, pour les nôtres.

Il s’agit maintenant de :
Se pardonner de ce que nous avons fait ou nous n’avons pas fait.
Se pardonner d’avoir fait du mal à autrui.
Se pardonner d’avoir pu blesser, consciemment ou inconsciemment.
Se pardonner de s’être fourvoyé.
Se pardonner de s’être fait du mal, d’une certaine façon.

Accepter ce qui a été, sans jugement. Sans blâme.

Se pardonner de ne pas avoir suffisamment pris soin de soi.
De ne pas avoir réussi à poser nos limites, alors qu’elles étaient dépassées depuis longtemps. De ne même pas avoir senti qu’elles l’étaient.

Se pardonner d’avoir « permis » inconsciemment la réactivation de nos anciennes blessures.
D’avoir rejoué la trame de notre scénario… de ne pas avoir écouté la petite voix intérieure qui nous mettait en garde.
Se pardonner, aussi, de s’être blessé en permettant à des circonstances difficiles de faire partie de notre réalité.
En reprenant notre responsabilité de co-créateur des événements nous pouvons également nous blâmer pour tous les « échecs » que nous « attirons » dans notre vie (ceci pour les plus maso, d’entre nous … si vous êtes concernés, rassurez-vous, j’en ai fait partie… on s’en sort…)
C’est un des biais possibles de cette philosophie de vie : nous pouvons alors nous sentir « coupables » d’être encore soumis au même scénario de vie, au même schéma répétitif récurrent. A être confronté aux mêmes désillusions…

Il est bon alors de se pardonner : ne pas en rajouter à ce qui est déjà difficile à vivre …
S’accueillir, là où nous en sommes, avec ce que nous avons résolu, et ce qui reste à résoudre…

Se pardonner de n’avoir su pardonner à autrui.
Se pardonner de n’avoir réussi à aimer comme on aurait voulu aimer, comme on voudrait être capable de l’être à l’avenir.

Se pardonner et pardonner tous les méandres de notre passé

Se pardonner, en retrouvant la conscience, qu’à chaque étape de notre vie, nous avons fait de notre mieux.
Nous avons fait de notre mieux, en fonction des choix qui s’offraient alors à nous.
En fonction de la conscience que nous avions alors de ces choix possibles.

Se pardonner en regardant sa vie et son passé, et en réalisant qu’à chaque fois, nous avons fait de notre mieux.

 

Je ne résiste pas à l’envie de vous partager une chanson de Rag’n’Bone Man : Human, avec un extrait des paroles :

I’m only human after all – Je ne suis qu’humain après tout
Don’t put your blame on me – Ne me blâme pas

 

 

Vous êtes humains, ne vous blâmez pas …
Permettez-vous aujourd’hui de vous pardonner, vous apaiser, décharger votre fardeau.

Être heureux, en paix, au présent, quand on observe son passé passe par cette perception : « à chaque instant de ma vie, j’ai fait de mon mieux, »
Je me pardonne de n’avoir pas su faire mieux à l’époque…
Et je peux alors regarder vers mon présent et mon avenir, avec plus de légèreté.

 

Pour vous aider à vous pardonner à vous-même, je vous propose de retrouver les paroles des prières du pardon (dans la rubrique Libérations) qui intègrent, dans leur 3ème partie le pardon à soi.

Et vous, avez-vous de la difficulté à vous pardonner ?

 

Crédit photo : Sage Friedman – Unsplash

Partage :

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Vous pourriez aussi aimer
Partage et Discussion
Young woman enjoying the nature

Rejoignez notre groupe Facebook
pour partager et se retrouver :
cliquer ici

Recevez en cadeau le guide de bienvenue :

2 STRATÉGIES et 7 HABITUDES pour prendre SOIN de SOI

Qui vous permet de :
Merci de me transmettre votre meilleure adresse mail :

3 réponses

  1. Quel bel article qui transmet une bouffée d’énergie … le pardon est essentiel pour trouver un lâcher prise et une ouverture spirituelle dans notre vie.
    J’aime beaucoup le passage suivant de l’article “Nous avons fait de notre mieux, en fonction des choix qui s’offraient alors à nous.
    En fonction de la conscience que nous avions alors de ces choix possibles.” et par cela je me pardonne de penser que je n’ai pas fait les bons choix …

    Merci pour ce beau partage et au plaisir de lire les prochains articles.

  2. Merci pour cet article, tellement empli de bon sens et pourtant si difficile à appliquer. En tant que parent, en tant qu’homme, on ne peut être parfait à 100% et comme tu le dis si bien, l’important est de savoir que nous avons fait au mieux, et de s’accepter tel que nous sommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 Aimer sa vie. All Rights Reserved.
Recevez en cadeau le guide de bienvenue :

2 STRATÉGIES et 7 HABITUDES pour prendre SOIN de SOI

Qui vous permet de :
Merci de me transmettre votre meilleure adresse mail :